Réfugié, une odyssée africaine

10022017

Sortie du livre d’Emmanuel Mbolela, Réfugié, une odyssée africaine

Persécuté pour des raisons politiques, Emmanuel Mbolela (né en 1973) a fui la République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre) en 2002. Il a voyagé six ans durant lesquels il a affronté les mêmes difficultés que des milliers d’autres migrant-e-s: racket des douaniers, business des passeurs, embuscade dans le désert du Sahara, travail au noir à Tamanrasset pour financer la suite du voyage et enfin la nasse marocaine, où il est resté bloqué pendant quatre ans. Là, et c’est l’un des deux apports principaux de son récit, il a fondé avec des compatriotes la première association de réfugié-e-s: l’Arcom, Association des réfugiés congolais au Maroc, refusant ainsi le statut de victime muette et impuissante dans lequel on le tenait. L’autre intérêt de ce livre est de montrer combien les femmes subissent encore plus de violence et d’exploitation que les hommes tout au long du parcours, mais aussi comment ce sont elles qui sont à l’initiative des actions de résistance et de protestation contre les conditions indignes imposées aux réfugié-e-s. Emmanuel Mbolela a fini par obtenir l’asile politique aux Pays-Bas en 2008. À partir de là, il a très vite rencontré des réseaux d’activistes pro-réfugiés en Allemagne (association AEI: Afrique Europe Interact), ce qui explique que son récit a été publié d’abord en allemand sous le titre Mein Weg von Kongo nach Europa (Mandelbaum Verlag en 2014). Depuis trois ans Emmanuel Mbolela a fait plus de trois cents présentations de son livre en Allemagne, Suisse et Autriche pour alerter et informer l’opinion publique sur la situation dramatique dans laquelle se trouvent ces personnes qui fuient dictatures et guerres et qui meurent par milliers anonymement dans le désert et la Méditerranée à cause de la politique de fermeture européenne. Il cherche également des soutiens en Europe pour continuer à aider les associations de défense des réfugiés subsahariens au Maroc, notamment la maison de repos et de protection réservée aux femmes migrantes à Rabat qu’il avait ouverte avec des amis au moment où il y était. Aujourd’hui, avec la parution en français de son récit, Emmanuel Mbolela veut entreprendre le même travail d’information et de sensibilisation en France et en Belgique auprès d’écoles et d’universités, de librairies, lieux de discussion, cafés associatifs, médias, etc…

Une odyssée africaine aux éditions Libertalia

Programme de soirées publiques avec Emmanuel Mbolela

Radio Zinzine vous invite à plusieurs réunions du 13 au 17 février 2017 dans la région PACA

Limans : Lundi 13 février, soirée publique, salle de Grange Neuve, coopérative Longo maï, à 20h30

Forcalquier : Mardi 14 février, restaurant La Parenthèse, place St-Michel ; conférence de 18h00 à 19h30, suivie d’un repas pour pouvoir continuer à discuter avec l’auteur (réservation pour le repas nécessaire au 04 86 90 20 41)

Marseille : Mercredi 15 février, Équitable Café, 54 Cours Julien, 19h30

Manosque : Jeudi 16 février, salle des Tilleuls, 18h30

 Montjustin : Vendredi 17 février, à l’École Buissonnière, 18h30, suivie d’un repas pour pouvoir continuer à discuter avec l’auteur (réservation pour le repas nécessaire au 04 13 37 06 00)

 




Voyage chez les Roms, par Jean Duflot

16122016

Roms, voyage chez les autres

Un livre de Jean Duflot paru aux Editions A plus d’un titre

Comme Observatoire libre de toute contrainte officielle, le Forum Civique Européen  exerce ici son droit d’alerter l’opinion sur l’une des dérives aberrantes de la plupart des Etats de l’UE. Entendons le sort qu’elle réserve aux minorités roms présentes dans le sacro-saint Espace Schengen et qui semble réactualiser le « problème tsigane » du très nationaliste vingtième siècle de triste mémoire.

Évidemment, dans le contexte migratoire actuel cette enquête qui s’efforce de comprendre la nouvelle dynamique d’exclusion qui maintient ces populations en marge des sociétés occidentales, notre démarche paraîtra peut-être disproportionnée. Les questions et les objections plus ou moins tendancieuses ou malveillantes ne manqueront pas d’en relativiser le projet. Précisons que notre recherche s’est délibérément limitée à deux des pays de la communauté européenne, la France et l’Italie, où l’on réserve aux « tsiganes » en général et particulièrement aux migrants roms des pays de l’est un accueil pour le moins inconfortable. Son enjeu déborde la problématique créée autour d’eux et l’ensemble des interrogations auxquelles le texte qui suit va tenter d’apporter quelques éléments de réponse montrent qu’elle est une variante exacerbée du drame humain de l’immigration générale. shapeimage_3

Pourquoi ce choix des Roms dont les effectifs, en France et en Italie, s’avèrent très inférieurs numériquement aux populations d’immigrés présentes sur ces territoires ? Pourquoi se préoccuper, à l’instar des Instances européennes ou des gouvernements, de la condition alarmante des quelques dizaines de milliers de Roms d’Europe centrale ou balkanique qui végètent dans ces deux pays ? Le marasme économique qui pénalise des millions de citoyens de la Communauté européenne ne s’en trouve-t-il pas relégué à l’arrière plan? N’avons nous pas nos laissés pour-compte, nos chômeurs, nos mal logés, des millions de citoyens qui survivent de plus en plus difficilement à la lisière du seuil de pauvreté ? à quoi tient ce privilège d’occuper le devant de la scène médiatique, de monopoliser la sollicitude des plus hautes instances européennes et l’appréhension farouche des gouvernements ? Ces parias, que l’on dit habiles à tirer partie de leur misérabilisme ostentatoire, ne seraient-ils pas d’abord victimes de leur propre tradition « culturelle », d’une sorte d’auto-exclusion atavique liée à leur mode de vie errante ? L’entrelacement de questions rationnelles et de préjugés n’est pas toujours facile à démêler. C’est l’un des objectifs de ce premier volet de l’enquête de montrer comment les représentations et les stéréotypes confortent l’inertie ou la malveillance officielle.

ÉDITIONS
À PLUS D’UN TITRE
Nous ne pouvons que vous conseiller de lire cette excellente étude de Jean Duflot sur les Roms hier et aujourd’hui, en Italie et en France. Jean est un ami de très longue date, il vit sur l’une des fermes de Longo maï en France, à la votre, Bertrand



Donald à la Maison Blanche

9112016

Hélas ça n’est pas un titre de bande dessinée, mais bien la réalité, Trump est élu président des Etats-Unis, cauchemar, un milliardaire dangereux, un fou imprévisible, la revanche des petites gens dit-on, la révolte des petits blancs contre l’establishment, des gens qui sont comme leur nouveau chef, racistes, xénophobes, sexistes, machos, bêtes et méchants, nationalistes, populistes, fachos non ? Des comme ça on en a aussi de part chez nous, flattés eux aussi par toutes sortes de personnages sans scrupules qui s’appuient la dessus pour prendre, reprendre ou garder le pouvoir. Des gens qui flattent les plus bas instincts, qui encouragent le repli sur soi, l’identité malsaine, la haine de l’autre… Madame Clinton aurait pu devenir la première présidente, elle n’a même pas réussi cela face à un déjanté, elle est balayée avec tout un système, détestée par une très grande partie des américaines et américains, à la place, un nouveau délirant qui fait suite aux Reagan, Bush père et Bush fils, pour quelles catastrophes à venir ?  uneautrefindumonde-df0a2

Résistance toujours, à la votre, Bertrand




Se souvenir de ce que les idées racistes sont capables de mettre en œuvre

19092016

Du 6 au 8 octobre 2016 Radio Zinzine organise en partenariat avec La Boîte à Ressort et le Forum Civique Européen trois soirées avec Bejarano & Microphone Mafia à Marseille, Forcalquier et Arles.

Ce groupe est le fruit d’une rencontre musicale improbable. Esther Bejarano a 92 ans, elle a survécu aux camps de concentration grâce à la musique. Elle s’est liée au groupe de Rap Microphone Mafia pour faire entendre son message d’humanisme et de liberté.

Merci de faire tourner cette annonce dans votre/ton réseau.

Marseille, 6 octobre, Marseille l’Équitable Café (54, cours Julien)

16h Ouverture des portes, coin bouquin

17h «La Shoah et antisémitisme hier et aujourd’hui » : Exposé et discussion sur la Shoah, la propagande nazi et l’antisémitisme moderne à partir de la biographie d’Esther Bejarano

18:30h Discussion informelle accompagnée d’un apéro fermier

19:30h Lecture d’un extrait des mémoires d’Esther suivi du concert avec le groupe Bejarano et Microphone Mafia

——————————————————————————————————————

7 octobre, Forcalquier, Espace culturel Bonne Fontaine

À partir de 14h

Visite de l’Exposition « Le camp des Milles – une mémoire régionale »

Table de livres proposée par la librairie « La Carline ».

14h Séance scolaire et tout public avec lecture d’Esther Bejarano. En parallèle des ateliers Slam sont proposés dans les collèges du département

18h Discussion sur la situation et les initiatives autour des migrant-es en Europe

19.30h Concert, précédé d’une lecture d’Esther Bejarano sur son histoire

Buvette et petite restauration sur place

—————————————————————————————————————–

8 octobre, Arles, Église St Julien (rue du 4 Septembre)

20.30h Concert, précédé d’une lecture d’Esther Bejarano d’un extrait de ses mémoires

—————————————————————————————————————–

Plus d’infos: https://bejaranoetmicrophonemafiaenfrance.wordpress.com

www.journarles.org




Migrantes et migrants de la crise

25072016

Mardi 2 août 20h00, place du Palais à Forcalquier (04)

Réunion d’information et de discussion avec des migrants et des solidaires d’Europe et au-delà organisée par le Forum Civique Européen, le Collectif Migrants (04) et Longo maï.

La tragédie migratoire continue. Une partie importante de la population mondiale se jette sur les routes pour échapper à la misère, la guerre, la pollution, le réchauffement climatique, les persécutions (…) Les pays « développés » dont les dirigeant.e.s savent et sentent pourtant que ce système est la cause de cette tragédie, réagissent en fermant des frontières, en internant et déportant dans des camps, en réprimant, en torturant… Désormais personne ne pourra dire qu’il ne savait pas ! Plus de 10 000 migrant.e.s sont morts en méditérranée depuis 2014. (…) Partout cependant, des gens se mobilisent pour accueillir et soutenir celles et ceux qui fuient pace qu’ils savent que le destin des migrants est aussi le notre.  automne 14 006

Solidarité, résistance, utopie, Bertrand




Forcalquier 10 au 19 avril, l’idéologie et les pratiques d’exclusion

3042014
DU 10 au 19 AVRIL
CAMP DES MILLES – Exposition – Forcalquier (04)
10h/13h et 15h/19h tous les jours – Maison des métiers du livre – Gratuit
De la montée des périls (1919-1939) à l’expérience du pire, cette exposition montée par la région PACA invite au fil des repères historiques à découvrir le camp des Milles, son fonctionnement et la vie de celles et ceux, qui ont résisté notamment à travers la création artistique.
Retrouvez l’exposition à l’Espace culturel de la Bonne Fontaine pour la journée du 19 Avril
Informations et accueil de groupes : contact@laboitearessort.com/ 04 92 72 38 35
JEUDI 10 AVRIL
VERNISSAGE MUSICAL de l’exposition -  Forcalquier (04)
À 18h00 – Maison des métiers du livre -  Gratuit
Découverte de l’exposition et du programme … rencontre avec le porteur de parole
Une soirée, un accordéon, un violon et des histoires…
Pitchipoï, du nom d’une bourgade qui n’existe pas, quelque part entre Kiev, Odessa et Bucarest, où l’on parle yiddish ou romani, où l’on danse au son du violon klezmer…
Poésie engloutie de la vieille Europe, paradoxes humoristiques-mystiques, danses tragiques-comiques endiablées, du sucré, du salé, du sacré ! … « Joue, jusqu’à ce que les cordes te sautent entre les doigts ! »
Pitchipoï, duo musical d’un Olivier comédien à barbe et lunettes jouant violon et élucubrant des souvenirs pas toujours vrais, pas toujours faux bien au contraire, et d’un Vincent accordéoniste récupéré sous un chapiteau un matin de soleil ou plus exactement un soir de pluie…
 
LUNDI 14 AVRIL
« PARCE QUE J’ETAIS PEINTRE »- Projection – Forcalquier (04)
18h30 – Cinéma le Bourguet – Tarif habituel

« Parce que j’étais peintre et parce que j’étais là, à ce moment précis de l’Histoire, vulnérable et désespéré, confronté à la mort au quotidien, dans cette situation déchirée, insoutenable qu’on appelle la condition humaine » selon les mots de Sartre, j’ai ressenti l’impérieuse nécessité d’observer, de faire quelques dessins modestes dans mon coin, seule manière d’exprimer mon indignation, loin de me douter pour autant que par cela, j’adressais un message à l’humanité.

Parce qu’il est cinéaste et qu’il se penche depuis 10 ans sur ce pan de l’Histoire, Christophe Cognet réussit à proposer une lecture cinématographique inédite de ces œuvres clandestines. Le film parle du mouvement là où il ne reste que quelques images figées. Il parle de la vie là où la mort règne. Il parle de la beauté là où la cruauté s’est imposée. La caméra s’attarde sur les détails des dessins et les caresse avec une tendresse égale à la sensualité qu’elle nous y fait découvrir.

Le cinéaste nous emmène sur le lieu de naissance de ces dessins, des espaces vides mais pleins de tragique, pour nous mettre dans la peau des artistes inconnus, pour nous faire éprouver leur solitude et adopter leur regard sur le monde. C’est un exemple sublime du regard d’un artiste sur le ressenti et l’engagement d’un autre artiste. La pensée d’Albert Camus continuera à retentir :
« L’art et la révolte ne mourront qu’avec le dernier homme » – Reza Serkanian, cinéaste de l’ACID
MARDI 15 AVRIL
PARAGRAPHE 175 – Ciné-Bistrot – Pierrerue (04)
19h00 – Mouton noir – 4€ Film / 11€ repas sur réservation
Les homosexuels ont été comme tant d’autres les victimes du régime hitlérien. Ils étaient persécutés en vertu du paragraphe 175 du code pénal allemand. Ce paragraphe, datant de 1871, condamnait à la prison « les actes contre nature » entre hommes.
Paragraphe 175 donne la parole à des survivants qui nous racontent leur expérience personnelle et les conséquences durables de ce chapitre caché de l’histoire du IIIème Reich.
Repas uniquement sur réservation : 06 48 08 14 25 / contact@lamiroiterie.org
JEUDI 17 AVRIL
IOANES TRIO Chanson Métèque – Concert – Forcalquier (04)
À 19h00 – Bar à Vin Éliès – Gratuit
 
Baigné d’influences multiples, le groupe puise sa sensibilité dans des textes qui sont amour, refus, souffrances et jubilation. IOANES TRIO c’est une voix rocailleuse et chaude marquée par d’improbables antécédents, un accordéon vertigineux et drôle venu des arts de la rue et une basse acoustique ronde et dansante.
VENDREDI 18 AVRIL
 » LES ALLEMANDS ET LE GÉNOCIDE: BOURREAUX, COMPLICES, INNOCENTS ET VICTIMES » – Conférence – Forcalquier (04)
19h00 – Espace culturel Bonne Fontaine - prix libre
Explorateur des mécanismes de la soumission et de la résistance, François Roux est psychologue de formation et historien par passion. Il travaille depuis une quinzaine d’années sur l’étude du comportement des sociétés, des groupes et des individus face à une contrainte extrême armée en guerre, bagne, esclavage industriel. Son travail est basé principalement sur les récits intimes des « gens ordinaires ».
Petite restauration sur place à prix libre. Démarrage de la conférence à 20h00
SAMEDI 19 AVRIL
« DEVENIR SANS FRONTIÈRES » – Film documentaire – Forcalquier (04)
À 11h00 – Espace culturel Bonne Fontaine – prix libre
Devenir sans Frontières, un documentaire de Thomas Hakenholz, 67 min, 2014
Des enfants et adolescents roms et non-roms de trois pays (Serbie, Allemagne et France) se réunissent pendant une semaine à Münster en Allemagne, dans le cadre du projet « Etoiles au-delà des frontières ». A partir d’un partage d’expériences et de confrontation avec l’Histoire, il s’agit de développer des outils communs pour lutter contre toutes les formes de discrimination et d’exclusion. Le spectateur est invité à cette réflexion collective.
SAMEDI 19 AVRIL
TABLE RONDE – Discussion radio – Zinzine Mobile – Forcalquier  (04)
15h00 – Espace culturel Bonne Fontaine – gratuit
 
En présence de François Roux, Thérèse Dumont et toutes les personnes impliquées dans cette aventure. Poursuivez chaleureusement cette discussion à partir de 19h30 autour de la buvette et de l’apéro dinatoire.



Aussaresses fasciste !

5122013

Ce vieux salaud fasciste de Aussaresses est crevé dans son lit à 95 ans ! Quel chance pour un tueur en série, tortionnaire multirécidiviste, Général de la glorieuse armée française, tueur au Vietnam, en Algérie, une ordure au premier degrés, inventeur des pires sévices, il continuera sa carrière en conseillant les dictatures brésilienne et argentine… Un vrai dégueulasse, un vrai facho comme l’armée sait en créer régulièrement !

Le lendemain, un immense bonhomme est mort au même âge, Nelson Mandela né lui aussi en 1918, mais lui, a passé sa vie à se battre contre la barbarie fasciste et raciste, il a passé sa vie à lutter contre l’apartheid, régime infâme soutenu par les salauds du monde entier. Mandela est un très grand personnage, respect…

monstre

monstre

 

Révolte, résistance, insurection, et que crèvent les fachos…  Bertrand Burollet




A écouter sur radio Zinzine

6112013

A écouter sur radio Zinzine, deux émissions intitulées « Islamophobie, la création du problème musulman » entretien avec deux sociologues, Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed qui viennent de publier un livre aux éditions La découverte, « Islamophobie, comment les élites françaises créent le problème musulman ».

http://www.zinzine.domainepublic.net/emissions/SPX/2013/SPX20131105-01Islamophobie.mp3

et http://www.zinzine.domainepublic.net/emissions/SPX/2013/SPX20131106-02Islamophobie.mp3

A écouter sur radio Zinzine dans Planète en danger magnans-feldberg-009

Révolte et résistance, à la votre, Bertrand

 

 




Droit d’asile en Suisse

3062013

Le droit d’asile, ou ce qu’il en reste, est une nouvelle fois menacé en Suisse. Le gouvernement a adopté une énième loi qui durcit encore l’obtention du droit d’asile. Suite à une initiative populaire il y aura un référundum sur cette question le 9 juin prochain… Droit d'asile en Suisse dans Planète en danger numerisation0001

 

Tout est dit dans ce génial déssin…

Le 9 juin les suisses se sont encore vautrés, ils ont voté à 79% et tous les cantons pour le durcissement de la loi d’asile, tristes temps…

Résistance, utopie, Bertrand

PS : grande fête à la Cabrery le samedi 22 juin




Quand les roms se font expulser par une action citoyenne

21122012

Le 27 septembre dernier une cinquantaine d’habitants de la cité des Créneaux dans les
quartiers Nord de Marseille ont forcé des Roms à quitter un terrain abandonné
qu’ils avaient investi avec leurs caravanes cinq jours auparavant. L’action s’est
amorcée quand la dernière famille d’un immeuble voisin qui s’était opposée à la
«rénovation» de son quartier a rameuté les anciens habitants pour se faire
justice eux-mêmes. La plupart des médias ont repris sans vérification les
paroles des riverains qui affirmaient qu’ils voulaient que «tout se passe bien
et qu’il n’y ait pas de violence». Mais les témoignages des Roms décrivent que
les habitants des Créneaux ont pénétré avec des jerricans d’essence à la main
dans les caravanes où vivaient des familles avec des enfants en menaçant de
mettre le feu et en  leur accordant cinq
minutes pour partir. Un autre témoin affirme avoir été menacé par une arme à
feu. D’après un responsable syndical de la police, celle-ci serait arrivée sur
place après l’évacuation des lieux et n’aurait eu comme objectif que «d’empêcher
tout débordement». D’après l’AFP la police était arrivée sur place pendant
l’expulsion, et aurait laissé faire les riverains. Fait est que la police était
certainement bienveillante car elle n’a procédé à aucune interpellation, et
aucune plainte n’a été déposée contre ces gens qui avaient décidé de se faire
«justice» eux-mêmes. Une fois les Roms partis, les riverains ont mis le feu à
ce qui restait, des poubelles mais également du matériel électroménager que les
Roms n’ont pas pu emporter dans la précipitation. Quand les roms se font expulser par une action citoyenne dans Planète en danger bale-dec-12-001-300x225

Des exclus qui s’attaquent aux plus démunis
Cette cité et de manière plus générale les quartiers Nord de Marseille sont connus pour
être ravagés par un chômage endémique et la crise économique. Education,
transports publiques et toute infrastructure sont depuis des années largement
déficitaires. La population, harcelée et raquettée par une police marquée par
des scandales de corruption, se sent abandonnée par l’Etat et se défoule sur
des gens se trouvant en situation encore plus difficile qu’eux. A priori les
riverains n’étaient pas organisés en groupe constitué comme des milices et ne
possèdent pas une idéologie fasciste structurée et revendiquée. Ils sont tout à
fait capables de se sentir offusqués si on les traite de racistes. Néanmoins il
ne faut pas banaliser ce genre de comportement juste parce qu’il n’y a pas une
force politique structurée qui les organise. Leur prétendue «spontanéité» est
aussi le résultat d’un climat général délabré, avec une droite qui épouse
ouvertement les thèses du Front National et une gauche au pouvoir qui abandonne
l’internationalisme et toute idée d’une émancipation plus large en faisant
appel à un «patriotisme économique» (voire les déclarations récentes de
Montebourg). Malgré toutes les précautions qu’il faut prendre quand on regarde
des périodes historiquement différentes, il faut constater que le fascisme des
années 1930 s’est mis en place, en s’appuyant d’un côté sur des organisations
très idéologiques et structurées, mais aussi largement sur ce genre de
comportement de bassesse, de vengeances et de fausses projections sur des
groupes de population stigmatisés. Forcément ce genre d’actes nous rappelle de
mauvais souvenirs et fait état d’un climat social qui se barbarise. Les habitants
de ces quartiers délaissés et éjectés par la société marchande se trompent de
cible en s’en prenant aux Roms.

L’exemple des Créneaux fait école
Expulsés de ce terrain abandonné, ce groupe de Roms s’est réinstallé sur un autre terrain vacant.
Deux jours plus tard ils ont été de nouveau expulsés suite à une procédure
d’urgence initiée par la mairie et on fini par occuper un autre terrain vague.
Là les riverains se sont immédiatement organisés pour essayer de les déloger.
Un comité de riverains de toutes tendances politiques, du parti communiste au
Front National, s’est mis en place en disant qu’ils allaient faire comme aux
Créneaux. Les pires stéréotypes sont avancés par rapport aux Roms: ils sont
sales, ne savent pas s’occuper de leurs enfants, prostituent leurs filles et
sont impliqués dans des réseaux de criminalité. La terminologie gouvernementale
est à ce sujet typique: elle parle toujours de démantèlement de campement
illicite, alors que le terme de démantèlement est communément utilisé en
rapport à un réseau. L’utilisation de cette expression tente à assimiler les
Roms à des criminels organisés, alors que si criminalité il y a, il s’agit de
petite délinquance de survie. Les Roms à Marseille affirment que si on les
laissait tranquilles, et qu’on n’arrêtait de les traquer ils pourraient trouver
du travail et vivre décemment. Aujourd’hui, et encore plus depuis les
événements des Créneaux, les Roms sont sujets à de graves agressions dès qu’ils
arrivent quelque part. Insultes et caillassages
par la population locale font partie du lot quotidien, s’ajoutant au harcèlement
administratif. Des comportements de délation sont devenus routine et l’idée de
se faire justice soi-même devient courante. Dans d’autres régions de France
comme récemment dans une commune de l’agglomération lilloise, où un maire PS
essayait d’installer des habitations provisoires pour des Roms, une partie de
la population disait qu’on allait «faire comme à Marseille» pour empêcher ce
projet d’insertion. Du côté de la justice, si vous allez dans un tribunal
marseillais, vous verrez qu’un Rom sera systématiquement condamné au double de
la peine habituelle pour un délit, qu’une première petite infraction sera punie
par de la prison ferme et que les enfants roms, sous prétexte qu’on ne peut pas
déterminer leur âge exact, sont incarcérés dans des prisons pour adultes. bale-mai-2010-bb-300x225 dans politique

Interdiction de travail

Depuis que la Bulgarie et la Roumanie font partie de
l’Union européenne, les Roms comme tous les citoyens de ces pays devraient
avoir le droit de circuler librement et de travailler dans tous les pays de
l’Union. La France,
comme d’autres pays, a mis en place des mesures transitoires limitant le libre
accès jusqu’à la fin 2013. Lors de sa campagne électorale, Francois Hollande
avait promis d’abroger ces mesures discriminatoires et même si dans une
circulaire interministérielle du mois d’août dernier, certaines dispositions
ont été levées, l’essentiel qui consiste à nier l’accès au travail des ressortissants
roumains et bulgares reste en place. La liste des métiers qu’ils ont le droit
de pratiquer a été rallongée à deux cents et une taxe qu’un éventuel employeur
devrait verser a été supprimée. Mais l’obstacle majeur qui est une autorisation
en préfecture pour valider un contrat de travail reste en place. A Marseille
par exemple, si un Roumain trouve une embauche avec contrat de travail, il lui
faut par la suite obtenir une autorisation préfectorale pour laquelle il faut
attendre entre six et neuf mois. En réalité cela revient à une interdiction de
travailler et de s’installer librement, car si quelqu’un veut engager un
salarié, il ne va pas attendre neuf mois pour un papier administratif. De la
même manière, le gouvernement vient d’interdire l’accès au statut
d’auto-entrepreneur (statut juridique simplifié assez répandu pour des micro-entreprises)
aux ressortissants roumains et bulgares. Chaque fois qu’une petite porte
s’entrouvre, le gouvernement la referme aussitôt.
Mis à part le fait que cette politique sert à désigner les Roms comme boucs émissaires
pour canaliser sur eux le mécontentement d’une population dépossédée, cela sert
finalement également l’économie de garder toute une population en situation de
précarité. Dans un tel contexte, impossible de lutter pour de meilleurs
salaires ou conditions de travail. Prenons un exemple: une des activités
importante des Roms est la vente de ferraille, en triant les poubelles ou en la
récupérant ailleurs. Mais aujourd’hui les négociants en ferraille n’ont plus le
droit de faire des transactions en argent liquide, tout doit être déclaré et
payé par chèque, ce qui est évidemment impossible pour des personnes sans
domicile comme les Roms. La conséquence est que les commerçants leur achètent
la ferraille au noir mais surtout en ne payant que la moitié du prix du marché.

Un comité de défense s’organise
Pour lutter contre le harcèlement et les attaques incessantes contre les Roms, un comité de
défense s’est formé à Marseille. Les premières violences «citoyennes» contre
les Roms avaient eu lieu en 2010, mais c’est surtout depuis l’été dernier que
ces agressions sont devenues quotidiennes. Dans le passé, toute la
responsabilité était mise sur Sarkozy qui, avec ses discours sécuritaires et sa
sympathie ouverte pour l’idéologie de l’extrême droite, avait grandement
participé à mettre en place une ambiance qui encourageait de tels actes. Mais
d’après les gens qui soutiennent les Roms à Marseille, la situation est devenue
pire depuis l’élection de François Hollande. Le rythme des expulsions a
considérablement augmenté, les Roms sont plus harcelés qu’auparavant au point
que parfois le même groupe se fait déloger trois fois dans la journée par la
police. La politique du gouvernement actuel à ce sujet est complètement
hypocrite. Des promesses de relogement sont faites, mais elles ne sont jamais
appliquées.A côté d’un travail d’information, le comité s’occupe surtout d’aider
quotidiennement les Roms. Depuis l’expulsion des Créneaux, ils doivent souvent
s’interposer pour calmer les esprits et empêcher qu’on arrive à des situations
de pogromes. Les membres du comité se font régulièrement insultés, qualifiés de
traîtres et reçoivent des menaces personnelles jusqu’à leur propre domicile. Le
travail quotidien consiste à accompagner des enfants pour permettre de les
scolariser, aider les familles à avoir accès aux installations sanitaires des
organisations caritatives, trouver des bâches ou des tentes pour remplacer des
caravanes détruites par la police et monter des campements de fortune. En cas
de pluie comme les semaines dernières par exemple, il faut trouver des palettes
et des planches pour que les familles ne campent pas directement dans la boue,
etc. C’est un travail de longue haleine, sans véritable perspective, car à tout
moment la police ou des riverains peuvent venir et anéantir les petites
améliorations péniblement mises en place. En principe en France il existe une
aide médicale pour toute personne, même en situation irrégulière. Mais là aussi
la réalité est kafkaïenne dans le sens où le traitement de la demande dure plus
longtemps que la possibilité du séjour, ce qui revient à un déni d’accès aux
soins. Heureusement dans ce domaine à Marseille des organisations médicales
indépendantes ont monté une antenne d’aide aux Roms, mais elles manquent de
moyens et de personnel et ne peuvent intervenir qu’en cas d’urgences. On se
trouve aujourd’hui à Marseille avec des cas de malades chroniques qui dorment à
même le sol alors que l’hiver approche.Dans son communiqué le comité de défense
dénonce qu’après les événements des Créneaux «Les véritables incendiaires sont
à la place Beauvau (Ministère de l’intérieur français)» et que «la guerre de
tous contre tous a besoin d’un bouc émissaire». Il critique le mensonge d’État
et ses revendications sont:

  • «Pas un seul habitant à la rue!
    Une seule solution immédiate: les réquisitions!

A Marseille comme ailleurs, il y a assez de
terrains ou de bâtiments appartenant à l’État ou aux collectivités
territoriales qui restent scandaleusement vides et inutilisées, ils doivent
être réquisitionnés.

  • Arrêt immédiat de toutes les
    expulsions et évacuations sans solutions préalables acceptables.
  • Abrogation des «mesures
    transitoires» scandaleuses, mesures discriminatoires applicables aux seuls
    ressortissants roumains et bulgares pourtant citoyens européens.
  • Liberté de circulation et
    d’installation pour tous et toutes!»

Paul Braun, radio Zinzine

Cet article est paru dans « Archipel » le journal du forum civique européen

Résistance, utopie, à la votre, Bertrand

 







Kyziah au Sénégal |
" COUREUR DES BOIS " Le bl... |
TSTL : Technicien Supérieur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Réserve opérationnelle d...
| Think Tank Populaire
| les Couêts Bouguenais