Courbet le Communard

7062019

Gustave Courbet est né le 10 juin 1819, il y a deux cent ans, à Ornans dans le Jura, département du Doubs. Courbet est un peintre avant tout, qui fait ce qui bon lui semble, qui n’en fait qu’à sa tête. Mais Courbet est aussi un personnage engagé dans son temps. Petit fils d’un révolutionnaire de 1789, il est un républicain farouche à une époque ou cela était loin d’être évident. Il participe à la révolution de 1848, mais surtout à la Commune de Paris en 1871 dont il est élu. Il devient le responsable de la culture de la Commune et à ce titre décide et organise la démolition de la colonne Vendôme, un monument à la gloire de Napoléon, une grande réussite, un événement populaire.

La colonne Vendôme abattue par les Communards à l'initiative de Gustave Courbet

La colonne Vendôme abattue par les Communards à l’initiative de Gustave Courbet

Courbet pourchassé par la répression versaillaise s’enfuit en Suisse, il meurt en exil en 1877. La colonne Vendôme, hélas a été reconstruite par la réaction versaillaise toujours au pouvoir. A quand sa prochaine destruction ?…

La directrice du musée d’Ornans, Courbet 1819-2019. L’art d’être libre, dit de  ses œuvres : Ses tableaux sont des manifestes, la défense des pauvres, la lutte contre l’injustice sont dans son ADN… Dans sa gigantesque peinture, L’Atelier à Ornans, on retrouve toute l’histoire de Courbet, au centre , lui- même, un autoportrait dans son atelier. A gauche, le peuple, la misère, la souffrance, la révolte… à droite ses amis de toujours, une vie en un tableau.Paris 19 (6) L’origine du monde, le tableau le plus connu de Gustave Courbet, à voir au Musée d’Orsay

 

Utopie, résistance, la Commune n’est pas morte…

L'origine du monde

L’origine du monde

Place Vendôme, Courbet devant Napoléon abattu

Place Vendôme, Courbet devant Napoléon abattu

 




Soutenir la ZAD de Notre Dame des Landes

30052019

Pour que la victoire contre l’aéroport ne reste pas sans lendemain, pour que les centaines d’hectares de bocage qui ont échappés au béton et à l’agriculture industrielle, restent à celles et ceux qui vivent dessus et ont mené la lutte, nous devons soutenir la Zad de Notre Dame des Landes. Ne laissons pas ces terres préservées pendant 50 ans retomber aux mains de la FNSEA et de tous ceux qui voulaient se vendre à Vinci. Un fonds de dotation a été créé, La Terre en Commun. Un fonds de dotation pour une propriété collective au service des communs. Pour la protection de la biodiversité, pour le maintien et la promotion de l’agriculture paysanne, pour des projets défendant les valeurs d’utilité sociale et de solidarité. Pour que la Zad reste un territoire libre et solidaire, parce que la lutte n’est pas terminée, participez à « La Terre en Commun » : https://encommun.eco

la RolandièreUtopie, résistance, la lutte continue, Bertrand




Sans féminisme pas de lutte efficace contre le fascisme

25052019

Rencontre avec Pınar Selek, sociologue, écrivaine, antimilitariste, féministe libertaire turque en exil en France. 

Samedi premier juin 2019

Au Mas de Granier – coopérative Longo Maï
13310 Saint Martin de Crau
04 90 47 27 42

18h : accueil sous les platanes

19h : conférence-débat

21h : repas à prix librePinar Selek

Une soirée à ne pas manquer, à la votre, Bertrand

 

 




Louise Michel

1052019

FB_IMG_1556600445513Utopie, résistance, à la votre, Bertrand




Le président a parlé

26042019
à Nantes

à Nantes

Plus rien ne devait être comme avant, on allait voir ce qu’on allait voir, le souffle allait être terrible… Un pétard mouillé, une rigolade, une farce… « Nous allons dans la bonne direction et nous allons continuer… ». Heureusement que le ridicule ne tue plus, si non, on aurait droit au deuil national. Le bonhomme passe trois mois à parcourir le pays, et il n’a rien vu, rien entendu, rien compris. L’autre solution c’est qu’il sait très bien ce qu’il fait, on verra la suite…

Résistance, utopie, à la votre, Bertrand

Sur radio Zinzine le dimanche à 19h00 et le mardi à 8h00

giletsnaz4




Etrangers, ne nous laissez pas seuls

15032019

 avec les fascistes…

à Milan en février 2019

à Milan en février 2019

Utopie, résistance, à la votre, Bertrand




La ville est à qui ?

19022019

Bonjour à toutes et à tous !

Vous qui arpentez un territoire où les villes grapillent chaque jour un peu plus l’espace rural à coups de tractopelles et de projets immobiliers sur papier glacé. Vous qui vous demandez pourquoi tant de travaux partout, tout le temps ? C’est avec l’envie de questionner l’aménagement de nos espaces de vie, de nos territoires, que la programmation du prochain samedi se tournera vers la ville.

 Pour animer cette soirée, Frantz et Mathieu viendront nous jouer leur conférence gesticulée intitulée  LA VILLE ELLE EST À QUI ? ELLE EST À NOUS ! 
Ces deux urbanistes-géographes décortiqueront avec nous les mécanismes sociaux et les enjeux politiques de l’aménagement des territoires, en ces temps troubles où l’intérêt privé se mêle de plus en plus de la vie publique.
 Comment s’organise la vie dans un espace ? Comment la ville se construit, pour qui et par qui ?
Vaste programme donc, auquel nous vous invitons chaleureusement à venir mettre votre grain de sel, de poivre, ou toutes sortes d’épices!
L’entrée est à prix libre ! Samedi 2 mars 2019
Dès 18h on se retrouve au Mas de Granier, Longo maï, 13310 St Martin de Crau
19h début de la gesticulation
Vers 21h, belles assiettes et papotages autour d’un potage !

La ferme de Longo Maï dans la Crau (photo BB) Le Mas de Granier

La ferme de Longo Maï dans la Crau (photo BB) Le Mas de Granier




La tête des rois

12022019

à Nantes

à Nantes

Utopie, révolution, à la votre !




2019 le grand soir ?

9012019

IMG-20190101-WA0002Utopie, résistance, Bertrand

Le 17 janvier, c’est férié ! Invitation à la zad pour les 1 an de la
fin du projet d’aéroport à Notre dame des Landes.




La peur de l’insurrection

4012019

Dans La Provence du vendredi 4 janvier 2019, Franz-Olivier Giesbert présente les Gilets jaunes en trois catégories. La première Les infiltrés, ceux qui cherchent à noyauter le mouvement depuis le Rassemblement national ou depuis La France Insoumise, ils n’ont aucune chance prétend FOG. La deuxième, sa préférée, les ambitieux, ce courant est majoritaire décide t’il. Responsable et légitimiste, il est protestataire mais pas factieux ni émeutier. (…), ce deuxième courant est tenté par la politique… Et d’ajouter que si le pouvoir veut désamorcer cette crise, c’est avec eux qu’il faut négocier. Une des représentantes de ce courant, nommée par Giesbert, Jacline Mouraud se vante ailleurs d’avoir voter Sarkozy, c’est dire si elle est dangereuse et combien elle entend changer quelque chose dans ce pays. Enfin, il y a les méchants, celles et ceux qui foutent la trouille à Giesbert, il les méprise et les insulte tout en leur donnant le joli nom de Sans-culottes. Ils rappellent à bien des égards les insurrectionnels de 1789 et se sont mélangés sans difficultés aux casseurs… Ils incarnent une haine qui n’est pas de mise dans un pays qui n’a certes pas à rougir quand on le compare aux autres en matière de santé, de droit social. (…), il y a dans ce courant quelque chose d’infantile ou de sénile, c’est selon, qui ne mène nulle part. Parce que les politiques menées depuis plus de trente ans, par les uns puis les autres, nous mènent, elles, surement quelque part, au désastre social et écologique. Qui est sénile, qui est infantile ? Sa logorrhée primitive rappelle parfois celle de l’un des personnages les plus sinistres de la Révolution française, le célèbre Père Duchesne… Dans sa feuille, il appelait sans cesse à la purge et au meurtre… Je dois dire que Jacques-René Hébert ne fais pas partie de mes préférés, j’ai plus de tendresse pour Jacques Roux et les Enragés, ou bien Gracchus Babeuf et les Egaux. Mais c’est incroyable tout de même, de voir combien ces Sans-culottes, Hébertistes, Enragés et autres continuent de provoquer de la peur et des sueurs froides chez les bons bourges d’aujourd’hui. Sans eux, les Sans-culottes, sans insurrection, sans colère, sans violence, il n’y aurait pas eu de révolution, et les gentils modérés n’auraient pas pu ramasser la mise. Peut-être une nouvelle fois cela va se passer de la même manière, d’ailleurs tout le monde note que sans violence Macron et sa bande n’auraient jamais lâché du lest et entamé un grand débat national. Par contre, quelques fois dans l’histoire, des gentils, des modérés sont passés à la casserole, dégâts collatéraux comme on dit, c’est sans doute cela qui fait grincer ce bon vieux réac de Giesbert… « Ceux qui rendent une révolution pacifique impossible, rendront une révolution violente inévitable ! » (à Paris lors d’une manif du printemps 2018).casseursceuilleurs-5567e

Utopie, résistance et Révolution, à la votre, Bertrand Burollet







Kyziah au Sénégal |
" COUREUR DES BOIS " Le bl... |
TSTL : Technicien Supérieur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Réserve opérationnelle d...
| Think Tank Populaire
| les Couêts Bouguenais