Vilnius, Paris, Londres

8032019

Vilnius, Paris, Londres, de Andrei Kourkov, aux éditions Liana Levi

Si vous n’avez pas encore lu de livres de Andrei Kourkov, allez-y. Si vous en avez déjà lu, vous n’avez pas besoin de mes conseils, vous devez être attentifs à la sortie d’un nouvel ouvrage de cet auteur de langue russe, qui vit à Kiev en Ukraine, né en 1961 en Russie. Vilnius, Paris, Londres, raconte plusieurs périples, plusieurs destins à travers l’Europe. Tous les personnages principaux sont lituaniens et, en 2007 quand la Lituanie entre dans l’espace Schengen, les frontières s’ouvrent pour eux, sans visa. Deux couples partent vivre leur rêve à l’Ouest, l’un à Londres, l’autre à Paris puis le Nord de la France. Le troisième couple devait partir aussi, mais finalement reste et tente de se débrouiller sans migrer. Le rêve d’Europe tourne en eau de boudin, les désillusions sont nombreuses, les regrets aussi. Cette Europe, fort bien décrite, ne fait plus rêver. Un autre personnage, Kukutis, le vieux sage, sans âge tellement il est vieux, traverse l’Europe à pied pour sauver du danger ses compatriotes lituaniens. Il arrive toujours trop tard… Le texte est souvent très drôle, voir loufoque, comme dans tous les livres de Kourkov, on passe parfois au récit extraordinaire, au conte aussi, avec une profonde mélancolie, de la nostalgie, une grande empathie pours ces personnages désemparés. Un beau regard plein de tendresse sur les dix années passées, à travers notre continent, mais aussi à travers un siècle d’histoire… Andrei Kourkov




La tête des rois

12022019

à Nantes

à Nantes

Utopie, révolution, à la votre !




2019 le grand soir ?

9012019

IMG-20190101-WA0002Utopie, résistance, Bertrand

Le 17 janvier, c’est férié ! Invitation à la zad pour les 1 an de la
fin du projet d’aéroport à Notre dame des Landes.




Blés de pays et autres céréales à paille

29102018

Par Ruth Stegassy et Jean-Pierre Bolognini, aux éditions Ulmer

Histoires, portraits et conseils de culture à l’usage des jardiniers et petits cultivateurs blés de pays

fichier pdf Couverture livre 24_7         fichier pdf Sommaire 24_7

Un très beau livre que je vous conseille grandement. Utopie et résistance, Bertrand




Au Mas de Granier, Longo maï

5102018

6oct-MAWWÂl




étroitesse

9092018

 

la ruelle la plus étroite d'Europe

la ruelle la plus étroite d’Europe

 La ruelle la plus étroite d’Europe se trouve à Termoli, jolie petite ville de la côte adriatique de la région de Molise dans le sud de l’Italie. Cette ruelle est si étroite que trop large on ne passe que de profil, trop gros on ne passe que de face, trop gros et trop large on ne passe pas du tout, évidemment à deux on ne passe pas non plus. Cette ruelle est presque aussi étroite que la pensée étriquée du fascisant et raciste ministre de l’intèrieur italien Mattéo Salvini. C’est dire si cette ruelle est quasiment une impasse…

Résistance, utopie, à la votre, Bertrand




Fête de soutien à radio Zinzine

23062018

Samedi 7 juillet 2018 à l’amphithéatre de Grange neuve 04300 Limans

à partir de 21h00, Dili Dili, musique balkanique, Tarbiya, musique touareg, La Marmite, groupe électro-punk. Ouverture des portes à partir de 17h00, bar et restauration sur place…

entrée minimum 7 euros, 7€ le 7/7 ! 

Fête de Radio Zinzine dans l'amphithéatre de Grange neuve

Fête de Radio Zinzine dans l’amphithéatre de Grange neuve

A bientôt à la Zinzine, Bertrand. Radio Zinzine la plus rebelle des radios !




Jacques Higelin

6042018

Jacques Higelin est mort, méchante nouvelle, triste histoire, la plus triste de ce début d’année, alors même que le printemps s’était enfin décidé. Que de belles chansons nous lui devons, Mona Lisa Klaxon, Champagne, Poire William, La rousse au chocolat, Adolescent, Alertez les bébés, des dizaines inscrites dans nos mémoires. Combien de concerts incroyables, de nuits sans fin, et ces quelques moments inoubliables ici à la Zinzine ou dans l’amphi-théâtre de Grange neuve à Longo maï, ou encore dans un bistrot parisien… Que de joie et de bonheur à l’écouter, de révoltes partagées, un optimisme qui n’a jamais fléchi. Un grand mec, un grand poète, un génial musicien… 

A Paris avec Dama du groupe Mahaléo de Madagascar

A Paris avec Dama du groupe Mahaléo de Madagascar

 

Jacques Higelin accompagne Norma dans un concert zinzinien

Jacques Higelin accompagne Norma dans un concert zinzinien

Pour le repos de ton âme, merci pour tout, ciao… 




L’année prochaine à New York

8112017

L’année prochaine à New York, Dylan avant Dylan, par Antoine Billot aux éditions Arléa

Antoine Billot est universitaire et écrivain, il est l’auteur de plusieurs livres aux éditions Gallimard. L’Année prochaine à New York est son neuvième livre, un très beau livre. Il retrace l’histoire de plusieurs familles de migrants qui ont fui les pogroms en Ukraine et en Lithuanie en 1905 pour rejoindre l’Amérique. Les Greenstein, Solemovitz et Zimmerman, un arrière grand-père et un grand-père de Robert Allen Zimmerman né en 1941 et qui deviendra Bob Dylan. Leurs histoires se mêlent à l’histoire des Etats-Unis. Ils arrivent comme tous les migrants par New York puis rejoignent les Grands Lacs. Il est question des indiens dans ce livre, de l’esclavage, de la misère, la crise de 29 et la grande dépression, la seconde guerre mondiale ; un des oncles du petit Robert Allen, dans l’armée américaine, participe à la libération du camp de Buchenwald. Il y a aussi le racisme, la ségrégation, les lynchages, le maccarthisme… Mais encore beaucoup de musique, surtout celle du sud, de la poésie, de la littérature, tout ce qui va façonner l’oeuvre de Bob Dylan, tout ce que l’on retrouve dans ses chansons, comme dans celle-ci, Blind Willie McTell :  » (…) Je vois leurs vastes plantations brûler – J’entends les fouets claquer – Je sens le doux parfum des magnolias – Et vois les fantômes des vaisseaux chargés d’esclaves – J’entends ces tribus gémir – J’entends les croque-morts bramer – Non, personne ne sait chanter le blues comme Blind Willie McTell. (…) »

Bob Dylan

 




Les femmes de la Principal

1082017

de Lluis Llach aux éditions Actes Sud

J’ai beaucoup aimé Lluis Llach chanteur, militant catalan et antifranquiste, nous passons toujours ses chansons sur les ondes de Radio Zinzine. J’apprécie aussi le Lluis Llach vigneron dans l’appellation Priorat en Catalogne. Je découvre l’écrivain et c’est bien, très bien même. Les femmes de la Principal est un polar, avec un meurtre et un enquêteur, inspecteur de police, mais pas uniquement un polar. C’est aussi l’histoire de trois femmes, trois générations qui se succèdent à la tête de la Principal, un somptueux domaine planté de vignes. Le livre passe d’une époque à l’autre, 1893 l’arrivée du phylloxéra qui s’abat sur les vignes pour le malheur de la première de ces femmes, Maria, qui a vingt ans et quatre frères qui partent étudier à Barcelone. Elle reste pour gérer ce domaine ruiné. On passe d’une époque à l’autre, d’une Maria à l’autre, le domaine renait toujours dirigé par une femme. Le meurtre a lieu en 1938 pendant l’éphémère République et la guerre civile, l’enquête démarre en 1940, le régime de Franco n’a qu’un an, l’histoire se poursuit jusqu’en 2001, jusqu’au dénouement. Un livre passionnant, émouvant, à lire. Lluis Llach

Je vous conseille grandement ce livre, Bertrand







Kyziah au Sénégal |
" COUREUR DES BOIS " Le bl... |
TSTL : Technicien Supérieur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Réserve opérationnelle d...
| Think Tank Populaire
| les Couêts Bouguenais