Les soulèvements de la terre, acte 2

31032021

Appel à reprendre les terres et à bloquer les industries qui les dévorent.

10 et 11 avril 2021 (Re)prises des terres à la Prévalaye, (Rennes)

La Prévalaye est un secteur de 450 hectares peu urbanisé à l’ouest de la ville de Rennes, avec un paysage de bocage et une vocation agricole historique: une centaine d’hectares sont des terres cultivables, le reste comportant des surfaces boisées et des zones humides. La métropole, pour garder la main sur le foncier, refuse tout projet d’installation agricole durable au profit d’aménagements touristico-récréatifs ou de l’extension des infrastructures du Stade Rennais. Pour s’y opposer et redonner à la Prévalaye sa vocation nourricière et sauvage, les différents collectifs d’habitant-es, associations écologistes et paysan-nes organisent un week-end festif de manifestation et plantations les 10 et 11 avril prochain.

lessoulevementsdelaterre.org

image

 




Que crève le capitalisme

9102020

Ce sera lui ou nous un livre de Hervé Kempf aux éditions du Seuil

Face à l’enjeu planétaire le titre est à la hauteur. Un excellent bouquin qui file la pêche et donne envie d’y croire, reste encore à convaincre quelques-unes et quelques-uns. Je vous conseille la lecture de cet essai de Hervé Kempf, fondateur du site Reporterre. « La catastrophe écologique est aujourd’hui enclenchée, la crise du coronavirus a fracturé le monde entier. Un responsable : le capitalisme… L’oligarchie est aujourd’hui une caste criminelle. On ne la convaincra pas, on la contraindra. » Screenshot_20201005_185306

« Que crève le capitalisme, mes amis ! Que crève cette baudruche immonde, ce monstre stupide, cet ivrogne insatiable, ce meurtrier insensible, ce violeur impénitent, cette ganache ventripotente, ce concept délirant, cette histoire subclaquante, mais oui qu’il crève, ce fatum puant, ce cauchemar de toxicomane, qu’il disparaisse, le capitalisme, corps malade éventré des plaies de la Terre, ver immonde qui ne survit que de l’anéantissement de la vie, tumeur métastatique, élixir trompeur des rêves impossibles, virus mortifère, gredin, chenapan, criminel, boudin gras et suintant, bulldozer métallique et sans pitié, cyber caché et pervers, qu’il crève, et que vivent les sans-abris, que dorment les sans-logis, que se rassasient les affamés, que coure le léopard, que transpire la jungle, que sourie la mère, que vive enfin le monde, que l’horizon s’éclaire, que la lumière revienne… »

Utopie, résistance, courage on va y arriver, Bertrand

 




Personne n’est illégal, jamais ! – Ouvrez vos frontières, ouvrez vos yeux !

19062020

Appel à l’action le 20 juin 2020 – Journée mondiale des réfugiés – Participez localement !

Corona nous empêche de nous rencontrer – alors nous allons nous disperser à la place ! Rejoignez l’action de solidarité transnationale où que vous soyez et montrez que la lutte contre les politiques frontalières racistes se poursuit ! 2020 a illustré, mieux que jamais auparavant, que dans le monde d’aujourd’hui, l’égalité des droits pour tous les êtres humains est encore un objectif lointain. La situation des migrant*e*s dans la plupart des régions d’Europe et dans d’autres parties du monde est honteux. Les camps aux frontières extérieures de l’Europe sont surpeuplés. Les camps à l’intérieur des pays européens restent. De nombreux migrant*e*s sont toujours sans papiers et vivent dans la rue.

Même à cette époque, les gouvernements ignorent les droits des réfugié*e*s et des migrant*e*s. Dans l’ensemble, ce sont les groupes de solidarité, les ONG, les courageux*ses citoyen*ne*s et les migrant*e*s eux- et elles-mêmes qui ont contré la menace de la pandémie. Nous voulons attirer l’attention sur la situation des migrant*e*s, ouvrir les yeux du grand public et exiger une solidarité concrète. Car nous voulons absolument que cette situation cesse. Elle repose sur des lois et des décisions politiques qui peuvent et doivent absolument être modifiées.

Nous appelons à des actions le 20 juin – Journée mondiale des réfugié*e*s !

Grange neuve oct 15 004« NOUS » – qui sommes-nous ?

Nous sommes des militant*e*s antiracistes de plusieurs pays européens qui ont formé le projet « Côtes solidaires ». Notre principal objectif était de mettre en lumière et de soutenir la lutte des migrant*e*s à la frontière britannique fermée le long de la Manche et de la mer du Nord au cours de cet été. Nous voulions organiser des manifestations portuaires, diffuser des idées de solidarité et utiliser le voilier LOVIS pour attirer l’attention du public. Pour des raisons évidentes, nous avons annulé ces projets. Comme les conditions de vie des migrant*e*s ne se sont pas améliorées, nous nous sommes mis d’accord sur d’autres moyens d’attirer l’attention et de faire pression sur l’opinion publique.

Pour plus d’information: https://coastsinsolidarity.noblogs.org/

Notre proposition d’action

Nous avons proposé une autre action commune : Une flottille de bateaux en papier portant de courts messages (comme « Ouvrez vos frontières, ouvrez vos yeux », « La fuite n’est pas un crime », etc) Ces messages apparaîtront partout ! Tout le monde pourra les plier, petits et grands, colorés ou non, et les distribuer dans les lieux publics, dans les bus et les trains, dans les centres commerciaux ou dans les parcs. Créez les vôtres ou téléchargez le « formulaire » qui comprend des témoignages écrits de réfugié*e*s, qui peuvent être pliés en bateaux de papier. De cette façon, lorsque le bateau en papier est déplié, les voix de ceux qui sont le plus souvent réduits au silence deviennent audibles.

 

En outre, des fichiers audio contenant des témoignages enregistrés de migrant*e*s seront disponibles pour téléchargement. Vous pourrez les faire écouter dans les lieux publics, sur les balcons ou les vélos, dans les bus et les trains et ailleurs, via des téléphones portables ou des haut-parleurs. N’hésitez pas à choisir d’autres actions ou à combiner notre appel avec vos demandes. Envoyez des photos de votre action et de vos revendications via twitter #coastsinsolidarity

 

Pour le droit de rester et de circuler ! Arrêtez les expulsions – une fois pour toutes !

Des conditions de vie et des soins de santé dignes pour tous ! Fermer tous les camps – une fois pour toutes !

Construisez des villes et des réseaux de solidarité ! Changeons les sociétés depuis leurs fondations !

 




Agir le 17 juin à Forcalquier

14062020

Rassemblement mercredi 17 juin à 18h00 place du Bourguet à Forcalquier FB_IMG_1591982315953FB_IMG_1591982342918




La démocratie sur l’autel de la trouille

22042020

Le journal, Le Monde, a réalisé une enquête d’opinion, pendant la crise du coronavirus, dans trois pays simultanément, Allemagne, Royaume uni et France. Un certain nombre de réponses font froid dans le dos. Particulièrement les réponses à la dernière question qui était : En démocratie, rien n’avance, il vaudrait mieux moins de démocratie, mais plus d’efficacité. 44% des sondés en France sont d’accords, 41% au Royaume uni et 34% en Allemagne. C’est énorme le nombre de gens prêts à sacrifier la démocratie, donc la liberté, sur l’autel de la trouille ! Dans les questions précédentes, de 69 à 80% des sondés souhaitent un meilleur contrôle, à l’avenir, des frontières nationales, et de 77 à 79% des sondés veulent un contrôle sanitaire systématique sur les migrants… La trouille, une envie de frontières, une xénophobie persistante, quelques-uns des ingrédients du fascisme, non ?(Le Monde 19 et 20 avril) Expo Lausanne 081

Résistance, utopie, Bertrand




Peur de la rue ?

14042020

Commencer le déconfinement le 11 mai prochain par un retour à l’école semble un non-sens, on nous avait raconter qu’il fallait fermer les écoles parce que les enfants respectant difficilement les règles barrières étaient un facteur important de la propagation du virus. Comment laisser les enfants se côtoyer, se rassembler, et empêcher les adultes de se rendre au bistrot, au restau… Est-ce qu’on renvoie les enfants à l’école pour que leurs parents puissent aller bosser ? Pourquoi les universités ne rouvrent qu’en septembre ? On peut rassembler les plus petits, mais pas les plus grands… Aurait-on peur des étudiants et de leur capacité à se révolter ?Pourquoi laisser les gens aller au boulot, dans les trains, les bus, les métros, et leur interdire de se rassembler ? Pourquoi interdire les festivals, les concerts, les évènements festifs, les manifs… jusqu’à la mi-juillet ? Pour passer directement des interdits, du confinement, aux vacances ? Aurait-on peur de la rue ? FB_IMG_1586684078249

Nous ne retournerons pas à la normalité parce que la normalité était le problème. A la fin du confinement retrouvons nous dans la rue ! 

Utopie, résistance, à la votre, Bertrand




Radio Zinzine confinée

21032020

Malgré le confinement radio Zinzine poursuit ses programmes, tous les jours les infos en direct à 19h00, nous mettons en place des créneaux pour que chacune chacun dans cette période difficile puisse s’exprimer sur les ondes, témoignages, conseils, opinions, commentaires et révoltes… Pour le reste des émissions nous ferons comme il sera possible... Nouvelle émission quotidienne de dialogue avec les confinées et les confinés de partout, chaque jour de 11h00 à 12h30 à partir du mercredi 25 mars, vous avez toutes, tous, la parole… Tel 09 74 53 46 19  Bon courage à toutes et tous, résistance et utopie, Bertrand 

Le 4 juillet c’est la fête de radio Zinzine, et peut être la grande fête du dé-confinement

le studio de radio Zinzine

le studio de radio Zinzine

 




Incendie sur la Zad de Notre Dame des Landes

29022020
Au cours de la nuit du 26 au 27 février un incendie allumé
volontairement a détruit partiellement un appentis dans le « hangar de
l’avenir » sur la ferme de Bellevue. Heureusement, une personne a vu le
départ de feu.  Les pompiers sont intervenus mais il s’en est fallu de
très peu que la charpente principale prenne entièrement feu et que
l’ensemble du bâtiment soit détruit. Des personnes vivent et dorment
juste à côté dans les espaces contigus et auraient pu se trouver pris
dans l’incendie.Le « hangar de l’avenir » a été construit à la main par des dizaines de
charpentières et charpentiers. Il a été levé comme un défi le 8 octobre
2016, au moment où le gouvernement menaçait de venir raser la zad
quelques semaines plus tard. Des dizaines de milliers de personnes
l’entouraient alors en affirmant qu’elles le protégeraient. Des
centaines de main se sont relayées depuis 4 ans au cours de « chantiers
écoles » réguliers pour achever petit à petit sa construction. Le «
hangar de l’avenir » est un espace qui sert aujourd’hui entre autres à
construire des habitats et infrastructures pour les différents
habitant.e.s et activités de la zad. Grâce à cet espace, le mouvement
maintient aussi une prise en charge collective de la forêt de Rohanne,
empêchant ainsi que cette dernière soit réintégrée dans une
planification forestière classique.Alors que nous avons arraché ces lieux aux menaces d’expulsion, ce n’est
pas l’État qui a tenté cette fois-ci de détruire les infrastructures
communes mais fort probablement des individus animés par de mauvaises
fables politiques. Il y a un an, le tractopelle qui servait à réaliser
les travaux sur les différents lieux de vie a été incendié. Plus
récemment, des véhicules l’ont aussi été juste devant des maisons alors
que leurs habitants dormaient. Ce nouvel incendie survient alors que des
réseaux sociaux vecteurs de haine diffusent de manière incessante des
récits calomnieux sur la zad post-abandon. Depuis quinze jours, les
réactions suite aux conflits d’usages (causé par des chiens non tenus,
menaces avec arme…) au Rosier sont déformées et montées en épingle en
ce sens.hangar de l'avenirDes espaces comme le site Nantes Indymedia, se sont employés, au cours
des dernières années et encore très récemment, à relayer divers appels
et commentaires invitant à « brûler la zad » et ses habitant.e.s. Ces «
médias » (1) colportent avec un zèle de procureur un récit diabolisant
et des mensonges factuels sur de soit-disant « traîtres » et « collabos
». Ceci à propos de personnes qui ont résisté durement sur le terrain
face à la répression d’État et ont opté entre les expulsions du
printemps 2018 pour une négociation collective – alimentée par un
rapport de force constant – afin d’obtenir des baux stables sur les
terres, plutôt que de se résoudre à la destruction de l’ensemble des
lieux de vie de la zad. Ces personnes ont tout fait pour que le plus de
lieux habités soient préservés et pour maintenir une communauté large et
hétérogène. Elles ne sont en tout état de cause pas responsables des
choix tactiques différents qui n’ont malheureusement pas permis – face
aux tanks – de faire réellement obstacle à l’expulsion de certains lieux
de vie.Nous sommes conscient.e.s que la zad est un espace qui a incarné une
telle somme d’espoir qu’elle a aussi engendré des déceptions et des
douleurs. Mais il est temps aujourd’hui de sortir du binarisme stérile
des catégories fantasmées de « légalistes » ou d’ »invendus ». Les personnes
et lieux de vie que des pamphlets appellent à lyncher, attaquant par là
tout le mouvement pour l’avenir de la zad, résistent encore aujourd’hui
pour continuer à faire de ce territoire un espace de mise en commun face
aux destructions du vivant, de solidarité face au monde marchand,
d’habitats collectifs autoconstruits et une base de soutien aux luttes.
Ce territoire est toujours sous pression mais sans cesser pour autant de
déborder des normes dans lesquelles les institutions voudraient
l’enserrer. Il suffit de passer un peu de temps sur place pour s’en
rendre compte.Pourtant il apparaît une fois de trop aujourd’hui que certains individus
sont animées par un désir de dégradation vengeur et sortent parfois des
méandres des réseaux sociaux pour le concrétiser lâchement, en se
trompant d’ennemis. Nous sommes profondément affligés, après avoir
défendu la zad pendant des années face à Vinci et à l’État, d’avoir à le
faire aujourd’hui face au nihilisme de certains individus. Nous sommes
atterrés par la complaisance de certains à alimenter de loin des
fictions haineuses, avec toutes les conséquences dramatiques que cela
peut avoir ici comme dans d’autres combats. Nous voulons pouvoir nous
consacrer à nous battre contre les institutions et corporations qui
bousillent la terre et enchaînent les vies plutôt que de devoir se
protéger de personnes qui s’emploient à saboter les rares possibilités
de communauté de vie et de lutte durables.

Nous appelons les multiples personnes et collectifs avec qui nous nous
sommes liés dans ce combat et pour qui l’avenir de la zad a toujours un
sens à la plus grande attention et au soutien. Nous appelons à continuer
à construire un monde désirable sur la zad face à ces nouvelles
attaques.

{Des habitant.e.s de la zad réuni.e.s suite à l’incendie au hangar de
l’avenir.}

(1) Il est nécessaire de clarifier à ce sujet le rôle joué par le compte
facebook « nonaeroportNotreDamedesLandes / zone à défendre de Notre Dame
des Landes». Ce compte qui cherche à maintenir l’apparence d’un compte «
officiel » du mouvement et de la zad est actuellement tenu par une/des
personnes qui n’y habitent absolument pas, qui se targuent d’une forme
d’impartialité, mais dont le parti-pris malveillant ainsi que la
propension à relayer sans aucune vérification mensonges et appels
haineux est largement avérée.

Soyons solidaires et défendons celles et ceux qui vivent et luttent, réellement, sur la Zad de Notre Dame des Landes, Bertrand




A Treynas une communauté de paysans-forestiers

21022020

Reportage dessiné dans la coopérative Longo maï de Treynas en Ardèche, réalisé par Hélène Copin, copindesbois.fr , https://copindesbois.fr/alternatives-forestieres/paysans-forestiers-treynas/

le hameau de Treynas

le hameau de Treynas

 




La PAC une escroquerie au service de l’agriculture industrielle

7012020

Six journalistes du New York Times ont enquêté plusieurs mois sur la Politique agricole commune. Le constat est sans appel, la PAC, écrit le journal, est « un système de subventions délibérément opaque, faussé par la corruption et le conflit d’intérêts, et qui sape complètement les objectifs environnementaux de l’Union. » Tout y est ! La PAC c’est 60 milliards d’euros distribués chaque année aux exploitants agricoles des Etats membres. En Europe centrale, poursuit le New York Times, « les subventions agricoles sont utilisées pour soutenir les oligarchies locales et produisent la version moderne d’un système féodal corrompu. » En Hongrie Viktor Orban a refilé « des milliers d’hectares de terres publiques aux membres de sa famille et à ses proches, dont un ami d’enfance qui est devenu l’un des hommes les plus riches du pays. » En Tchéquie le premier ministre Babis a touché, perso, 40 millions de subventions agricoles en 2018. En Slovaquie les aides servent « des procédés mafieux d’accaparement des terres. » Et le journal de dénoncer la hausse permanente des gaz à effet de serre émis par l’agriculture européenne, la pollution des cours d’eau et de la mer par les nitrates et autres herbicides et insecticides, la disparition rapide des insectes et des oiseaux… Le journal Le Monde qui commente cette enquête, conclue « Qu’une politique européenne subventionne à la fois la destruction de l’emploi, le saccage de l’environnement, la concentration du pouvoir économique et les oligarchies d’Europe centrale est un tour de force. » En effet ! La Politique agricole commune doit être renégociée cette année, gageons que rien ne changera. Pour espérer le moindre changement il faudrait abattre la FNSEA, organisation mafieuse, qui organise la pollution des sols et de l’eau, qui détruit la petite paysannerie et enrichit, ses dirigeants et ses puissants alliés de l’agro-business, sur le dos de l’Europe… agri indus téléchargement

A quand la révolte des paysans ? Utopie, résistance, Bertrand Burollet







Kyziah au Sénégal |
" COUREUR DES BOIS " Le bl... |
TSTL : Technicien Supérieur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Réserve opérationnelle d...
| Think Tank Populaire
| les Couêts Bouguenais