Le hold up du siècle

24042017

Et voilà c’est fait, François Fillon s’est ramassé un superbe costard, il est habillé pour l’hiver prochain et les suivants. Un vrai régal, et il fait très fort le forcené, pour la première fois sa droite, la droite dite classique ne sera pas présente au deuxième tour de l’élection présidentielle, merci Fillon. Il s’est débattu comme il pouvait, complot, cabinet noir, justice et presse pourries, à la fin il promettait même de rendre le pognon tout en allant chercher les voix sur les terres de l’extrême droite. 19% de tordus ont voté pour lui, pas suffisant, le ridicule de la Sarthe est lourdé. Maintenant on attend avec délectation le grand règlement de compte, ça va tirer dans tous les sens, pas sur que le parti de l’ex « monsieur propre » en sorte indemne. Mais bon, peut-être devra t’on attendre l’après législatives pour assister enfin au grand jeu de massacre. Tous ces rigolos sont suffisamment intelligents pour faire semblant encore un peu, le temps d’essayer de sauver les meubles. Pareil chez les socialos, eux n’ont plus grand chose à sauver mais ça n’empêche pas d’essayer. 6%, incroyable, ils sont cuits, défaits, minisculisés, et tout ça grâce au grand guignol, merci Hollande ! Voilà le bilan brut de son quinquennat, génial non ? Les deux partis qui gouvernaient en alternance depuis 60 ans, qui régnaient sur la politique de ce pays sont éjectés le même jour, un grand moment… elections

 » Le hold up du siècle » comme disait Marisol Touraine, la ministre de la santé, cet hiver, c’est l’illuminé Macron qui l’a réussi, fortiche le bonhomme. Le tout nouveau model de girouette, dernier cri, le mec qui change d’avis plus vite que son ombre, le dragueur des supermarchés, le mec qui a réussi à faire oublier qu’il fut conseiller puis ministre des finances de Hollande, c’est lui qui, sauf catastrophe, sera le prochain président de la république. Le type qui prétend être ni de droite ni de gauche, comme disait ma grand-mère quand on est ni de droite ni de gauche c’est qu’on est de droite. L’opposition, la résistance à cet agité commence tout de suite. Face à lui, au second tour il y aura la méchante Le Pen, et elle bat un nouveau record, 7,7 millions de voix, elle est en tête dans 19 000 communes, toute la moitié est de la France l’a placée devant. Comme d’habitude le pourtour méditerranéen est nauséabond de Nice à Perpignan, seule nouveauté, Marseille qui a mis Mélanchon en première place. Le FN continue de monter et ça craint sérieux, le phénomène ne devrait hélas pas s’arrêter rapidement, car les éléments qui font le terreau de cette saleté ne devraient guère changer dans un avenir proche, à moins que…

On s’est quand même bien marré, utopie, résistance, Bertrand

 




Cabaret migratoire

14042017

Une soirée de solidarité organisée par le collectif migrants 04, samedi 29 avril à La Cimenterie à Forcalquier à partir de 18h30, avec :

Les Passeurs de silence musique au delà des différences, Terrae musique du monde, Ioanes et Riton chanson métèque, Mohammad Zaman poète afghanMarie Fouillet récits migratoires, Luigi Rignanese conteur musicien, Eleonora et Taha poésie soudanaise.

Apportons notre pierre pour bâtir des ponts entre les humains, plutôt que des murs




14 juillet

7042017

D’Eric Vuillard aux éditions Actes Sud. « Moi le 14 juillet je reste dans mon lit douillet… » chantait à juste titre Georges Brassens. Le 14 juillet est un jour à éviter, un jour où l’on se cache en attendant qu’il passe. Le jour de la fête nationale, le jour ou des bataillons de tueurs défilent devant un président arrogant, fier de se prendre pour un monarque quelle que soit sa couleur politique. Eric Vuillard nous présente dans son livre un tout autre 14 juillet, le véritable 14 juillet celui de 1789, celui de la prise de la Bastille; les semaines le précédant pour expliquer l’événement. C’est l’histoire de la foule, une foule tumultueuse, d’abord indécise, hésitante, puis sure de sa force et de son bon droit, une foule en mouvement. Une foule d’anonymes mais présents un par un, chacun, chacune jouant son rôle. Une émeute, une révolte, une énorme colère contre la misère, contre la faim, contre le mépris des puissants, aristocrates ou bourgeois, contre leurs privilèges. Le premier jour d’une révolution. 

14 juilletCe beau livre nous raconte en plus de la révolte, de la foule qui renverse tout sur son passage, même une forteresse, il nous raconte l’arrogance de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie, la folie dépensière de la monarchie, les mille cinq cents personnes chargées de la bouche du roi, la fortune que claquait la reine pour ses bijoux alors que le pays était ruiné. En lisant ces lignes on ne peut s’empêcher de penser aux salaires de Pénélope et au prix démentiel des costards de François Fillon… 14 juillet d’Eric Vuillard, c’est à lire !

Utopie, révolution, à la votre, Bertrand

 




Drapeau noir, étoile rouge

1042017

etoile rougeIl n’y en a plus beaucoup des drapeaux noirs ou rouge, le bleu-blanc-rouge envahit tout l’espace, de Mélanchon à l’extrême droite en passant par le PS et les différentes droites, cet emblème ridicule occupe tout l’espace visible, il y a même des tordus qui le hissent chez eux, à leur fenêtre, dans leur jardin, un signe de reconnaissance, d’appartenance à une idée nauséabonde. Au moins on sait où est « l’ennemi », maigre consolation. Car ce drapeau est accompagné d’une chanson aussi bête que méchante, l’hymne. Tout ce que trimballe ces deux choses, peut-on parler d’idées, plutôt des injures à l’intelligence, c’est le nationalisme, la patrie, la souveraineté, le peuple, l’identité, des concepts horribles qui a travers le temps, l’histoire, et l’espace, la géographie, n’ont provoqué que crimes et désolations, des millions et des millions de morts, de la haine, de l’exclusion, de la xénophobie et de l’intolérance. Comment peut-on encore se référer à ces concepts lugubres cent ans après les sinistres champs de bataille de la première guerre mondiale ? Comment peut-on prétendre que ces concepts seraient la solution aux maux de l’humanité, ou d’une fraction de l’humanité contre les autres, alors que ces idées n’ont apporté que la mort, la destruction massive, la négation même des valeurs humaines. drapeau noirComment peut-on au 21ième siècle parler de nation, de souveraineté, d’Etat, de patriotisme, d’identité sans être un salaud, un facho, un macho, un apprenti sorcier de la pire espèce, une bande de cons qui n’ont plus grand chose à partager que la haine de « l’autre » et sont prêts à rallumer le grand incendie !

Tes drapeaux sont noirs dans le vent, ils sont noirs de notre peine, ils sont rouges de notre sang… chantait la Makhovtchina il y a aussi à peu prés un siècle. Mais peut-être peut-on se passer de drapeau tout simplement ?

Utopie, résistance, à la votre, Bertrand

 

 




Si je suis mis en examen je me retire

17032017

Et oui, c’est le forcené, c’est Fillon qui a dit ça ! Mais c’était il y a longtemps, très longtemps, au moins six semaines. Il a changé d’avis, il reste, et merde à la parole donnée, merde aux promesses, cette fois avant même d’être élu, même si heureusement il a peu de chances d’être l’élu. Les temps s’accélèrent en politique, on trahit ses promesses au fur et à mesure qu’on les pond. Bien, il est mis en examen et trois fois même, pour détournement de fonds publics, pour recel et complicité d’abus de biens sociaux et enfin pour manquement aux obligations déclaratives à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Rien que ça, pas mal pour un donneur de leçon, pour le type qui voulait moraliser la vie publique et blabli et blabla… téléchargement

A part ça il est vraiment accroc au pognon le mec, il parait qu’il tapait même ses mômes, enfin façon de parler car c’est quand même lui qui leur avait trouvé ces boulots cool à plus de trois mille euros. Mais d’après ce qu’on raconte les petits reversaient des sommes non négligeables à leurs chers parents. Et ses costards, mazette, quel délire, le type doit pas très bien se rendre compte dans quel monde il vit, un costard 6500 €, un costard six fois le SMIC, pas mal non, sur qu’il a du gagner pas mal d’intentions de vote avec un truc pareil. A l’ouest le mec, complètement à l’ouest. Mais bon, il est pas définitivement jobard le type, il les paye pas lui même les fringues à ce prix, quelqu’un ou quelques uns les lui offrent. D’après le JDD 35 500€ réglés en espèces, oui oui en liquide, énorme non ? Et dernièrement un petit chèque de 13 000€. Et le Fillon de continuer sa campagne comme si de rien n’était, et de nous promettre la méga austérité, le redressement radical de notre pauvre pays, avec toujours la même idée, plumer les pauvres pour que les riches aillent mieux et qu’ils puissent tous se payer des costards à six mille balles… Le plus cocasse là-dedans c’est qu’il se trouvent des fous furieux même pas riches pour raconter qu’ils vont voter pour lui !

Maintenant on connait le type qui habille Fillon, en tout cas pour les deux derniers costards. C’est un viel avocat marron, un résidu véreux de la FranceAfrique, un mec pas fréquentable du tout. Il le jure c’est un simple cadeau amical sans contrepartie, juste pour la « déconne ». Les idiots peuvent le croire si ça les chante. Pour l’ex premier ministre les emmerdes s’accumulent, le voilà mis en examen pour « escroquerie aggravée, faux et usage de faux. » Et son délire complotiste le reprend,  » la machination est maintenant aux yeux de tous les français », Le coupable « Les services de l’Etat », »le cabinet noir de l’Elysée ». Il est pas loin de la camisole le forcené… 

Pendant ce temps Macron engrange les ralliements, il y a de tout et de rien dans ce grand fatras où s’ammoncellent surtout les opportunistes de tous bords et de tous poils, preuve de plus, si l’en fallait, que son grand changement n’est que poudre aux yeux. Un des derniers en date, le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drihan. Il parait qu’il va amener de la stature d’homme d’Etat au petit boy-scout d’En marche.Le Drihan c’est le type qui adorre fanfaronner avec tous les bidasses engagés sur les différents fronts où sévit l’armée française, le top étant un bon reportage, genre crapuleux de complaissance, sur le porte-avions Charles de Gaulle. Le Drihan c’est aussi un des plus gros marchands d’armes de la planète, il s’est mis en quatre pour faire plaisir à tous les vendeurs de canons, d’avions et autres made in France. Des milliards il a fait, en vendant à ce qui se fait de pire en ce moment, les dictatures les plus dégueulasses, l’Arabie Saoudite, l’Egypte, les Emirats, la liste est longue, des enfoirés qui s’en servent des armes en plus, ce qui n’a pas l’air de tourmenter outre mesure notre très cher ministre. Accéssoirement Le Drihan est aussi président de la région Bretagne, ce qui peut toujours servir… 

Cette campagne reste d’un très haut niveau, on se régale, à la votre, Bertrand




Oui, il faut détruire le Sacré-Coeur

10032017

Dans le cadre de la constitution de son budget participatif annuel, la mairie de Paris a reçu une intéressante proposition, la destruction pure et simple du Sacré-Coeur. Cette suggestion est signée de Nathalie Lemel, une militante de l’Association internationale des travailleurs et féministe qui a participé sur les barricades à la Commune de Paris en 1871. Le Sacré-Coeur y est décrit comme une « verrue versaillaise » et « une insulte à la mémoire de la Commune de Paris », ce qui est parfaitement juste. C’est à l’emplacement exact, sur la colline de Montmartre, où a débuté la Commune de Paris le 18 mars 1871, que les versaillais ont choisi de construire cette chose immonde qu’est le Sacré-Coeur. Non contents d’avoir massacré entre dix et vingt mille communards pendant la Semaine sanglante en mai 1871, les généraux versaillais dirigés par Adolphe Thiers (pourquoi ce tueur de masse a-t’il encore des rues à son nom ?) voulaient se venger, humilier la Commune et restaurer leur ordre moral. La première assemblée de la Troisième République a donc décidé par le biais d’une loi d’utilité publique, rien que ça, la construction de cet édifice religieux autant moche que puant. Pour rappel, la dernière assemblée de la même Troisième République, décidera comme ultime acte en 1940, de donner les pleins pouvoirs à Pétain, autre massacreur de masse et héritier direct des versaillais. Oui, oui, on pourrait sans aucun regret détruire le Sacré-Coeur. 

La colonne Vendôme abattue par les Communards à l'initiative de Gustave Courbet

La colonne Vendôme abattue par les Communards

Les communards dont Gustave Courbet qui a dirigé l’opération n’aimaient pas la colonne Vendôme et surtout la statue de Napoléon perchée dessus, c’est bien la preuve qu’on peut détruire un monument…

Utopie, destruction, à la votre, Bertrand

 

 

 




Pour qui Fillon nous prend-il ?

2032017

Pour des cons assurément ! Ce petit personnage est accusé d’avoir piqué dans la caisse, car ce gros bourge, comme les autres, en veut toujours plus du pognon. Depuis, il hurle qu’on veut l’estourbir, lui et sa clique, complot, assassinat politique, lynchage médiatique, justice aux ordres et tutti quanti… Le guignol de la Sarthe est soupçonné d’avoir payé cher et à rien foutre femme et enfants, et au lieu de la fermer et de se cacher dans son misérable petit château de parvenu, lui le donneur de leçon, lui le faiseur de morale, nous raconte qu’il est la victime de cette mauvaise pièce de boulevard. On croirait un gamin pris les mains dans la boite de gâteaux et qui prétend en toute mauvaise foi que ce n’est pas lui mais les autres… Sauf que ce sale gamin, dans le cas qui nous concerne, veut le pouvoir pour nous en faire baver, il veut appauvrir tout le monde sauf une poignée de riches, ce tordu veut redresser la France, il se prend pour Jeanne d’Arc. A ce propos, François Fillon réagit comme Marine Le Pen face à la mise en examen, complot, complot, complot, impossible qu’il et elle soient comme ceux qu’ils dénonçaient, des truands tout simplement. Dans les potes de Fillon ils s’en trouvent même pour réclamer « une trêve judiciaire », et pourquoi seulement pour les candidats à la présidentielle ? Tous les petits délinquants, ceux qui volent beaucoup moins que les grands, en rêvent aussi d’une trêve judiciaire, mais pour eux pas de pitié, il faut être dur, très dur avec la délinquance, c’est en tout cas ce que claironnent Fillon et Le Pen. D’autres, réclament le report de la présidentielle pour que la droite puisse se choisir un nouveau candidat. Encore mieux, on pourrait l’annuler tout simplement cette présidentielle à la noix… 

Et l’histoire se poursuit ce week-end, le forcené Fillon poursuit sa course folle en faisant appel contre tous à un « peuple » de droite très accroc aux valeurs les pires des cathos tendance fachos. Pendant ce temps tous ses soutiens ou presque se sont débinés et cherchent une solution pour sauver ce qu’il reste à sauver. Jusqu’où ira Fillon ? Suite du feuilleton dans les prochains jours, les prochaines heures…

Finalement tout ça pour rien, ils sont vraiment frapadingues tout ces gens. On se le garde le Fillon, en tout cas pour l’instant… 

On se marre bien, utopie et résistance, à la votre, Bertrand B.




Guerre d’Espagne

22022017

Avec la mort en tenue de bataille, de José Alvrez aux éditions Albin Michel

Une histoire d’amour, de trahison et de sang. C’est un trés beau roman sur une trés sale pèriode, la guerre civile espagnole, le putsch et la prise du pouvoir par Franco, tyran pervers et sanguinaire. Rien n’est tu dans ce livre, les crimes abominables des fascistes nationalistes et de leurs alliés nazis, mais aussi ceux, non moins terribles, des communistes et de leurs alliés soviétiques, mais aussi ceux commis par certains dans les rangs des anarchistes ou des brigades internationnales. L’héroine de ce roman, une grande bourgeoise mère de cinq enfants, n’avait rein pour devenir une militante puis une combattante républicaine. Au sein de sa classe, l’hypocrisie, la petitesse, la méchanceté, la haine des autres vont lui ouvrir les yeux. Catholique, elle découvre la fourberie et la bestialité d’une église catholique liée pour le pire à la dictature. La tragédie espagnole sera la sienne. Une tragédie qui a marqué l’Espagne et dont la plaie n’est aujourd’hui pas complètement cicatrisée… 

P1080743

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un trés beau roman, à la votre, Bertrand




Moutons, stage de tonte à Longo maï Limans

18022017

 

Fête de la tonte.

Mardi 21 Février à Grange-neuve.

     Compagnon-e-s de drailles et de planchers, ami-e-s tondeur-se-s, camarades berger-ère-s,

    C’est en février 1977, que Christian Des Touches, ami cher qui fut le maître à penser de la filière laine, nous a embarqués dans la grande aventure tondistique, en organisant le premier stage de tonte au Pigeonnier. Depuis, nous voyons chaque année débarquer les hordes d’apprenti-e-s tondeur-se-s, venues des quatre coins de France et d’ailleurs, pour apprendre, non sans mal, à récolter les précieuses fibres.

  Nous nous sommes dit que l’édition 2017 du stage de tonte serait l’occasion de festoyer autour de ces 40 ans d’histoire. Nous vous invitons a venir partager ce moment avec nous le 21 février à Grange-neuve. Si vous arrivez pas trop tard vous pourrez passer à la bergerie histoire de voir comment la future génération de tondeur-se-s se dépatouille de toute ces toisons.  Puis pour la soirée à partir de 19h, on boit un coup, on mange du mouton, on tond du mouton (démonstration en musique…), on reboit un coup, on tchatche et on danse jusqu’au bout de la nuit

le stage de tonte

le stage de tonte

 

   Tant qu’ y’aura des moutons, y’aura de la joie !




Réfugié, une odyssée africaine

10022017

Sortie du livre d’Emmanuel Mbolela, Réfugié, une odyssée africaine

Persécuté pour des raisons politiques, Emmanuel Mbolela (né en 1973) a fui la République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre) en 2002. Il a voyagé six ans durant lesquels il a affronté les mêmes difficultés que des milliers d’autres migrant-e-s: racket des douaniers, business des passeurs, embuscade dans le désert du Sahara, travail au noir à Tamanrasset pour financer la suite du voyage et enfin la nasse marocaine, où il est resté bloqué pendant quatre ans. Là, et c’est l’un des deux apports principaux de son récit, il a fondé avec des compatriotes la première association de réfugié-e-s: l’Arcom, Association des réfugiés congolais au Maroc, refusant ainsi le statut de victime muette et impuissante dans lequel on le tenait. L’autre intérêt de ce livre est de montrer combien les femmes subissent encore plus de violence et d’exploitation que les hommes tout au long du parcours, mais aussi comment ce sont elles qui sont à l’initiative des actions de résistance et de protestation contre les conditions indignes imposées aux réfugié-e-s. Emmanuel Mbolela a fini par obtenir l’asile politique aux Pays-Bas en 2008. À partir de là, il a très vite rencontré des réseaux d’activistes pro-réfugiés en Allemagne (association AEI: Afrique Europe Interact), ce qui explique que son récit a été publié d’abord en allemand sous le titre Mein Weg von Kongo nach Europa (Mandelbaum Verlag en 2014). Depuis trois ans Emmanuel Mbolela a fait plus de trois cents présentations de son livre en Allemagne, Suisse et Autriche pour alerter et informer l’opinion publique sur la situation dramatique dans laquelle se trouvent ces personnes qui fuient dictatures et guerres et qui meurent par milliers anonymement dans le désert et la Méditerranée à cause de la politique de fermeture européenne. Il cherche également des soutiens en Europe pour continuer à aider les associations de défense des réfugiés subsahariens au Maroc, notamment la maison de repos et de protection réservée aux femmes migrantes à Rabat qu’il avait ouverte avec des amis au moment où il y était. Aujourd’hui, avec la parution en français de son récit, Emmanuel Mbolela veut entreprendre le même travail d’information et de sensibilisation en France et en Belgique auprès d’écoles et d’universités, de librairies, lieux de discussion, cafés associatifs, médias, etc…

Une odyssée africaine aux éditions Libertalia

Programme de soirées publiques avec Emmanuel Mbolela

Radio Zinzine vous invite à plusieurs réunions du 13 au 17 février 2017 dans la région PACA

Limans : Lundi 13 février, soirée publique, salle de Grange Neuve, coopérative Longo maï, à 20h30

Forcalquier : Mardi 14 février, restaurant La Parenthèse, place St-Michel ; conférence de 18h00 à 19h30, suivie d’un repas pour pouvoir continuer à discuter avec l’auteur (réservation pour le repas nécessaire au 04 86 90 20 41)

Marseille : Mercredi 15 février, Équitable Café, 54 Cours Julien, 19h30

Manosque : Jeudi 16 février, salle des Tilleuls, 18h30

 Montjustin : Vendredi 17 février, à l’École Buissonnière, 18h30, suivie d’un repas pour pouvoir continuer à discuter avec l’auteur (réservation pour le repas nécessaire au 04 13 37 06 00)

 







Kyziah au Sénégal |
" COUREUR DES BOIS " Le bl... |
TSTL : Technicien Supérieur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Réserve opérationnelle d...
| Think Tank Populaire
| les Couêts Bouguenais