Patrice est parti

14102018

??????????????????????  Patrice Meynet est décédé le 11 octobre et nous sommes immensément tristes, une tristesse à la hauteur de la formidable amitié qui nous liait depuis longtemps. Avec lui nous avons milité à la Confédération paysanne contre l’agro-industrie. Puis nous avons créé l’association Païsalp pour la défense de l’agriculture paysanne et la promotion des producteurs fermiers en Provence. Il en était le président. Avec toutes et tous les autres, nous nous sommes régalés pendant des années à faire vivre cette association avec lui et son épouse Elisabeth. Chaque réunion, chaque foire ou marché, chaque rencontre souvent internationale, était une fête en grande partie grâce à lui. Avant de devenir petit paysan, en compagnie d’Elisabeth, sur la ferme de Taterre à Sigonce, il avait été prof, sans doute de là lui venait la passion pour le langage, les mots, l’étymologie, il pouvait en parler des heures. Comme lors de ces géniales soirées à la ferme de Taterre, autour de la grande table en bois. Un canard ou un lapin, les légumes de la ferme, le fromage de chèvre,« Mange et tais-toi », puis il se mettait à raconter. Nos sujets de prédilections étaient la géographie et l’histoire, nos discussions étaient incroyables et généralement l’on repartait avec une revue, un livre, à lire absolument. Elisabeth et Patrice ont plus que le don de l’accueil, leur maison est un carrefour, un lieu de rencontre et de découverte de personnages du monde entier. Pour chacune, chacun il y a toujours une assiette pour se restaurer, une histoire à écouter, un bon moment à partager. Lors d’un voyage de Païsalp en Ukraine, tous les deux étaient tombés en grand amitié avec Yolana et Oreste de la ferme de Longo maï en Transcarpathie, ils y sont retournés à plusieurs reprises, c’était bien. Le samedi matin on pouvait le trouver à la ferme de Grange neuve où il venait chanter, faisant profiter la chorale de sa belle voix profonde. C’est une belle aventure que nous avons vécu avec toi, Patrice, combien tu vas manquer à tous tes amis, comment tu nous manques déjà. Rien ne pourra remplacer ta grande moustache, tes beaux yeux bleus rieurs, plein de générosité et de malice, ton sourire… Ciao et merci pour tout.

Ulli et Bertrand




Le capitalisme expliqué à ma petite fille

9102018

Jean ZieglerJean Ziegler

Le capitalisme expliqué à ma petite-fille (en espérant qu’elle en verra la fin) Editions du Seuil 

En espérant qu’elle en verra la fin, tout est dit dans cette petite phrase, Jean Ziegler nous propose d’en finir avec le capitalisme. Il nous explique même dans ce livre que c’est une nécessité pour la survie de l’humanité et de la planète. Le capitalisme détruit tout ce qu’il touche, et il touche à tout. « Il est hautement toxique, mortellement dangereux pour la nature et pour les êtres humains. Et il a tout intérêt à voir des populations divisées, des occidentaux lobotomisés et des peuples du Sud à genoux. » Ce livre est rafraichissant, Jean Ziegler, avec l’âge, reste un militant acharné et cela malgré de hautes fonctions, à l’ONU notamment. Ce livre est clair et étayé, ce n’est pas une analyse scientifique du capitalisme, mais un avertissement, une explication des rouages de ce système maintenant mondialisé. On ne pourra pas sauver notre planète en conservant le système capitaliste puisque c’est lui qui la détruit  « Les 85 milliardaires les plus riches du monde ont possédé en 2017 autant de valeurs patrimoniales que les 3,5 milliards les plus pauvres de l’humanité. La secrétaire générale d’Amnesty international résume ainsi ce scandale : 85 milliardaires qu’on pourrait mettre tous ensemble dans un seul autobus accaparent autant de biens que la moitié la plus pauvre de l’humanité. »

Un livre à lire à tous les âges et je vous le recommande grandement. Bertrand




Au Mas de Granier, Longo maï

5102018

6oct-MAWWÂl




Terres communes, sur la Zad, 29-30 septembre 2018

21092018

Défendons le bocage et ses mondes !

Dans un monde qui s’emmure, l’existence de la zad a ouvert des imaginaires aussi éclatants que tangibles. Depuis l’opération César en 2012, elle a servi de point de référence et d’espoir à une foule de personnes qui jugeaient indispensable de construire ici et maintenant d’autres possibles. Après l’abandon de l’aéroport face à un mouvement aussi offensif que massif, le gouvernement a tout mis en œuvre pour se venger et mettre un point final à des années d’expérimentations collectives insolentes. Une série d’attaques militaires, administratives, politiques et judiciaires ont amputé une partie de la zad et fragilisé son assise, et ce malgré les formes de résistance qui se sont trouvées sur ces différents terrains. La signature, en juin, d’un lot de conventions sur les terres occupées a néanmoins marqué une forme de cessez-le-feu et le maintien d’un ensemble de lieux de vie et de projets.

Pourtant, le statu quo actuel est précaire : la zad est toujours en lutte pour son avenir. Début octobre, un nouveau comité de pilotage va décider de la suite à donner aux conventions d’occupation. Il va formuler des orientations pour les années qui suivent face à ce qui s’est construit de singulier ici : le rapport aux communs, au soin du bocage, aux habitats, aux formes de production agricole et d’activités non-agricoles. C’est à ce moment que va être statuée la consolidation de l’emprise foncière des différents projets nés du mouvement ou sa remise en question. Ce qui se décidera dans des bureaux dépendra comme toujours de la présence d’un mouvement vibrant et actif à l’extérieur. C’est ce mouvement qui fera la réalité de ce qui continuera à se vivre sur le terrain face aux cadres institutionnels. Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées régulièrement pendant des années sur la base d’un enjeu aussi clair que binaire : il y aurait ou pas un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, la zad serait expulsée et le bocage détruit ou pas. Dorénavant, la menace persiste mais n’avance plus sous la forme d’un bloc de béton uniforme prêt à s’écraser brutalement sur nous. Le sens de la lutte se recompose et pourrait paraître offrir moins de prises directes._ _Cependant, tout autant que par le passé, le sort de ce précieux pan de bocage requiert la convergence de forces multiples. Aujourd’hui comme hier, ce qui va rester, se renforcer ou disparaître touche à des questions qui nous dépassent et qui infusent dans d’autres combats ailleurs dans le monde.

Plus d’infos sur zad.nadir.org 

terrecommunes.affiche5x15-c8a82

Utopie, résistance, rendez-vous sur la Zad !




sur un mur de Riace

18092018

IMG-20180917-WA0000Cette peinture murale se trouve à Riace, village de Calabre connu pour sa générosité dans l’accueil des migrants. A droite est représenté l’un des deux bronzes antiques de près de deux mètres trouvés dans la mer en 1972 et exposé au musée de Reggio di Calabria, la légende dit -repêché dans la mer de Riace. A gauche le portrait de Matteo Salvini, extrémiste de droite, raciste, anti-migrants et ministre de l’intèrieur de l’Italie, avec cette légende -repêché dans une mer de connerie. 




étroitesse

9092018

 

la ruelle la plus étroite d'Europe

la ruelle la plus étroite d’Europe

 La ruelle la plus étroite d’Europe se trouve à Termoli, jolie petite ville de la côte adriatique de la région de Molise dans le sud de l’Italie. Cette ruelle est si étroite que trop large on ne passe que de profil, trop gros on ne passe que de face, trop gros et trop large on ne passe pas du tout, évidemment à deux on ne passe pas non plus. Cette ruelle est presque aussi étroite que la pensée étriquée du fascisant et raciste ministre de l’intèrieur italien Mattéo Salvini. C’est dire si cette ruelle est quasiment une impasse…

Résistance, utopie, à la votre, Bertrand




La première bonne action de Nicolas Hulot

30082018

Jusqu’ici, il n’avait strictement rien fait pour faire évoluer un tant soit peu la situation de l’écologie dans ce pays. Roulé dans la farine par le président et le premier ministre, ridiculisé par les lobbys du nucléaire, de l’agriculture, de la chasse ou de la chimie, il ne servait qu’à compter les mauvais coups. Il s’est enfin bougé et il est parti de là où il n’aurait jamais dut aller. L’orgueil l’a conduit dans ce gouvernement, l’orgueil l’en a fait sortir. Au moins cette fois on se marre, pan sur le nez de Macron, bien fait ! Et, il faut reconnaitre que l’argumentaire tient la route. Comment affronter sérieusement les désordres de la planète si l’on s’évertue à réanimer un modèle économique qui en est la cause ? Pas complètement idiot le mec, s’il continue il va finir anticapitaliste. Et d’ajouter, sur la sortie du nucléaire, on n’a rien fait; sur le réchauffement, on n’a rien fait; sur la lutte contre les pesticides, on n’a rien fait; en gros, on n’a rien fait du tout et la planète part en vrille. Pour sur il faudra plus que ça pour amorcer un changement, surtout qu’un autre guignol va prendre sa place pour doctement nous expliquer que cette fois, grâce à lui, on va la sauver la planète. S’ils continuent, tous, on sera bientôt morts de rire… suisse nov-dec 15 038

Utopie, résistance et révolution au minimum. A la votre, Bertrand




La fête au Mas de Granier

25082018

web




Sur la Zad de Notre Dame des Landes

10082018

Semaine intergalactique sur la zad du 27 août au 2 septembre 2018

Plus d’infos : zad.nadir.org

arton5975-b072e




La cascade d’Ars

16072018

Superbe balade à la cascade d’Ars et à l’étang de Guzet dans les Pyrénnées version Arriège. Au départ d’Aulus les bains il faut compter bien cinq heures pour faire cette jolie boucle avec un dénivelé de 850 mètres. C’est parfois raide mais ça vaut le déplacement, très bel endroit…  

la cascade d'Ars

la cascade d’Ars

 

l'étang de Guzet

l’étang de Guzet







Kyziah au Sénégal |
" COUREUR DES BOIS " Le bl... |
TSTL : Technicien Supérieur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Réserve opérationnelle d...
| Think Tank Populaire
| les Couêts Bouguenais